• Jean-François Vilar ressort les armes !

    JFV n'a jamais tergiversé avec les fachos. Nous n'avons aucun document concernant la façon dont il entamait le dialogue avec les nazillons d'Occident - les Longuet, Devedjian, Madelin et Goasguen - en 68, puis d'Ordre Nouveau dans les années qui ont suivi. Même si dans Nous cheminons..., le flic Laurent rappelle à Victor de vieux souvenirs : "Cinq ans plus tard, il y a un meeting d'extrême droite au palais des Sports. Vous et vos copains gauchistes décidez de le casser. Vous vous organisez. Le grand jeu. Vous chargez. Ce fut assez violent. (...) Avec casque, barre de fer et cocktail Molotov. Ce n'étaient pas de vrais cocktails, à vrai dire, ça faisait quand même de rudes dégâts. Quelle époque !". Cela se passait le mardi 9 mars 1971 (cf. video de l'INA), et quelque chose nous dit que JFV n'était pas loin de Victor...

    Des années plus tard, alors qu'il est devenu écrivain de romans noirs, parait un recueil de photos d'auteurs de polars, avec des bouts de textes de Jean Vautrin. D'abord favorable à ce projet, il découvre avec consternation qu'on a placé son portrait à la page suivant celui d'ADG ! Dans un courrier publié dans la revue 813 en mars 1986, il rappelle qui est cet ADG : "ADG le facho, le scribe attitré du Front National (...), militant d'extrême-droite dont la verve, réelle ou supposée, s'exerce dans Minute. Une verve qui s'est déployée tout particulièrement lors des "événements" de Kanaky. Cette Kanaky où il était tout à la fois résident et "correspondant de guerre" du FN." Pour JFV, avec les fafs, "les affaires ne peuvent se régler qu'à coups d'injures bien senties, éventuellement accompagnées de quelques coups d'outils choisis." Il regrette, dans le milieu du polar, cette "confusion imbécile qui permet de mettre dans le même sac, dans le même "club", dans le même tas de chouettes fanas, des gens qui n'ont strictement rien à voir ensemble et que, dans certains cas, tout oppose radicalement. Il ne s'agit pas de politique, qu'on se comprenne mais, comment dire ? : de morale."

    Jean-François Vilar ressort les armes !(JF Vilar chez lui en 1984, photo de Gérard Rondeau parue dans Crime-Club, 1985)

    Malgré cela, et après quelques années d'observation, il accepte de s'engager dans l'association 813 ("les amis de la littérature policière" - sic) et en devient le président en janvier 1987. Pas pour très longtemps ! Au festival du roman et du film policier qui se tient à Grenoble en octobre, ADG (dont la dernière Série Noire est dédiée à Jean-Marie Le Pen !) est invité. Le "président Vilar" tente de mobiliser ses "confrères" pour s'y opposer. Peine perdue ! Une AG de 813 spécialement convoquée, conclut que "l'on ne peut admettre de frontières idéologiques dans l'association, ni de considérations politiques en matière de littérature". JFV démissionne de sa présidence.

    A signaler que dans l'Agenda Polar 1986, JFV décrit des gangsters médiocres tireurs ainsi : "Pour tout dire, ils étaient du genre à rater un ADG dans un cocktail chez gallimuche". Et dans Djemila sont mis en scène quelques fachos dont un minable pigiste pour journaux d'extrême-droite nommé Alain Fourier, dit Le Clébard. Nota bene : ADG était le pseudonyme d'Alain Fournier.

    On le sait, depuis 1997, JFV s'est fait discret. Un article sur Prague dans une revue, un très court texte dans un livre-objet, un récit pour un catalogue d'expo, un mail sur BellaCiao pour la mort de son vieux camarade... Mais "l'affaire Millet", du nom de cet écrivain qui fait l'éloge d'un assassin néo-nazi et lie le soi-disant déclin de la littérature française à l'invasion du territoire national par l'immigration massive, l'a fait ressortir de sa tanière : il vient de publier sur le site Mediapart une tribune (ici). C'est sa première contribution publique depuis son mail de janvier 2011 sur BellaCiao. Et c'est nettement moins confidentiel. C'est signe que l'heure est grave, Vilar ressort les armes. Pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartier pour les fachos !

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :