• Tag jf vilar

    Résultats pour la recherche du tag jf vilar :
  • ...français". ( ici ) On est le 19 avril 1985 : 4 des 7 invités arborent un badge "Touche pas à mon pote". JFV parle de son roman Etat d'urgence entre 0h30 et 0h40. Pivot fait intervenir dans la conversation le flic-écrivain Hugues Pagan ; quelle est la nature du regard que JFV lui jette alors...

    Lire la suite...

  • ...du Faubourg du Temple. Il s'appelle "la Capitale", il y a à l'extérieur un kiosque à journaux. Victor/JF Vilar raconte dans Nous cheminons... sa transformation en novembre-décembre 1989 en fast-food (c'est en effet ce que l'on y trouve aujourd'hui). Nous sommes à l'affût de tout document...

    Lire la suite...

  • ...Il y a des liens, semble-t-il, des connivences. Nous sommes à l'automne 94. Michelle Ferradou et JF Vilar fument, parlent de l'engagement en politique, en littérature, dans la vie. Elle feuillette un livre blanc et carré qu'elle ouvre au début de ce qui semble être une nouvelle, p.61 : Rue de...

    Lire la suite...

  • "Je suis entré par la rue Saint-Denis." C'est l'incipit du premier texte publié par JF Vilar, C'est toujours les autres qui meurent . Le narrateur vient de pénétrer dans un passage couvert parisien. Et nous lecteurs venons de pénétrer dans l'univers littéraire de JF Vilar. A relire ce roman...

    Lire la suite...

  • ...creuser ? Quelle que soit la manière dont on le mène, le combat sans toi va être encore beaucoup plus dur. Pensées solidaires à S., bien sûr. Fraternelles salutations communistes Jean-François Vilar " Ceci est à ce jour la plus récente expression publique de JFV, la seule de l'année 2010....

    Lire la suite...

  • ...ce titre, il daigne s'aventurer à Venise... et à Prague. Après Paris, Prague est la grande ville aimée par JFV. Il l'évoque une première fois en 1984 dans Etat d'urgence  (qui se passe à Venise). Le narrateur, Adrien Leck, cinéaste ami de Victor, se souvient de sa rencontre à Prague...

    Lire la suite...

  • Jean-François Vilar nait le 14 mars 1947 à Paris, et y passe toute son enfance.  Militant trotskyste, il participe à mai 1968, puis devient vers 1976 journaliste permanent à l'hebdomadaire de la LCR Rouge . Vilar est son pseudonyme de militant, choisi en hommage à Jean Vilar. Il quitte la...

    Lire la suite...